Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 20:00


Comme chaque nuit de Noël, le mal veillait sur Weihnachtsland.
Mais ce jour-là, Nicolas demanda à sa maman : « Pourquoi ne fêtons-nous pas Noël dans notre village ?»


01


Elle dit : « Je ne sais pas, tu demanderas à ton papa.»

Le soir, le père de Nicolas rentra pour manger. Il lui dit :«Sais-tu pourquoi nous ne fêtons pas Noël ?

- Oui, répondit son père, c'est à cause du monstre.
- À quoi ressemble-t-il ?
- Il est très grand avec une peau verdâtre recouverte de mollusques et de petits yeux rouges globuleux. Des algues pendent à ses bras. Des rumeurs disent qu'il hante le marécage.

conte014 revu
- Plusieurs villageois ont aperçu sur les berges du marécage des carcasses d'animaux sauvages.
- Mais, papa, pourquoi vient-il seulement le jour de Noël ?
- Jadis, tout se passait bien. Son père était un gentil monstre. Un jour de Noël, les villageois l'ont pourchassé et tué sur la place du village.

conte016_revu.jpg

 

Depuis, son fils ne veut plus que le village soit en fête le jour de Noël.»
 

 

Le ventre bien gonflé, Nicolas débarrassa la table.

 «Joyeux Noël, et bonne nuit !»
Il monta les escaliers, alla se brosser les dents, et partit dans sa
chambre.

Il s’endormit difficilement : il pensait à l’histoire du monstre.


Vers 23 heures, il se réveilla en sursaut. Il avait entendu un bruit
étrange qui provenait du marécage.
Il prit un drap de son lit et se fabriqua une corde avec. Il accrocha la corde au pied du lit, la jeta par la fenêtre, prit une lampe torche et descendit. Il se dirigea vers le marécage.
Dès qu'il arriva, il vit une ombre gigantesque passer à toute vitesse...

Nicolas sursauta, glissa et tomba dans le marécage. Tout à coup, le monstre arriva derrière lui... et le sortit de l'eau.
conte019_revu.jpg

Et puis le monstre posa Nicolas à terre. Il lui demanda méchamment :
« Qu'est-ce que tu fais là ?
-J'J'J'ai.....en.....entendu des des bruits...étranges....a.....alors je je.....suis venu ! bafouilla Nicolas.
-Je te grille au barbecue ou je te laisse vivant ?
-S'il te te plait....laisse-moi...je ne te veux pas de mal...
-Je te propose un marché : si tu retrouves ma mère, qui a disparu quand mon père est mort, je vous rendrai un Noël paisible et tranquille.

- Marché conclu !» répondit Nicolas.

 

L'enfant partit à la recherche de la mère du monstre. Dans une grotte il entendit un bruit, il regarda attentivement mais c'était juste un chien qui courait dans tous les sens.

Juste un chien ou un indice?

 

Quand le chien vit Nicolas, il se mit à aboyer et à tourner encore plus ! Il voulait que Nicolas le suive...

Il s'avança vers un coffre. Nicolas le suivit.

Le coffre s'ouvrit... et des fourmis apparurent, au fond du coffre. Plein de fourmis. Elles bougeaient dans tous les sens mais s'arrêtèrent net quand elles virent Nicolas.

Nicolas découvrit alors, sous une fourmi géante, un minuscule parchemin, visiblement très ancien.

Il le prit délicatement pour ne pas l'abîmer et soudain, le parchemin, qui était magique, s'agrandit et Nicolas put lire :

 

"Vous trouverez ce que vous cherchez au plus profond du gouffre du marécage..."

 

Nicolas repartit plein d’espoir vers le marécage. Il était, depuis trois ans, champion international junior d’apnée. Il n’hésita pas un instant et plongea dans l’eau glacée.

Le fond du marais était obscur, ténébreux, visqueux… L’air lui manquait, il devait faire vite… Après 3’14, épuisé, il remonta.

Au bout de trois tentatives, sous une épaisse couche d’algues, il découvrit enfin une immense cage. A l’intérieur, une énorme créature semblait pleurer… C’était la mère du monstre !!!

 

D'abord, Nicolas eut un peu peur. Ensuite, il s'approcha de la créature et lui demanda pourquoi et qui l'avait mise dans cette cage.

Elle lui dit : « Je n'en ai aucun souvenir... Mais, s'il te plaît, va chercher mon fils avant qu'il ne soit trop tard ! ».

Le garçon s'exécuta. Cinq minutes plus tard, il revint avec le monstre.

Ils tentèrent de remonter la cage à la surface. Au trente-troisième essai, ils réussirent enfin... Alors, le grand monstre devint tout petit et le village put passer Noël en paix.

Le lendemain matin, quand Nicolas sortit de sa maison pour aller à l'école, il vit tout le village qui l'applaudissait !

À partir de ce jour, on n'entendit plus jamais parler d'un monstre qui hante le marécage.

Aussi, des vieux dirent que le nouvel élève qui était arrivé peu après à l'école du village, c'était le monstre, qui avait été transformé en enfant...

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 19:00

Il était une fois un gentil petit renne tout blanc qui s'appelait

« Flocon ». C'était le plus jeune des rennes du Père Noël.

Les rennes les plus vieux refusaient de l'emmener avec eux pour la

tournée de Noël.

Mais, Flocon n'avait pas l'intention de se laisser faire...

B1
Il sortit de la grange ventre à terre et finit par se fondre dans la neige.

Mais Grand-Froid, le plus âgé des rennes, le surprit.

« Que fais-tu là, petit ?

- Je vous en prie, prenez-moi avec vous !

- Tu veux venir ?... Très bien, mais avant cela tu dois en être digne... J'ai une idée : nous allons organiser une course que tu devras remporter... »

01b


Grand-Froid ajouta : " La course commencera dans 3 jours. Prépare-toi." Flocon commença à s'entraîner.

Un jour passa.

Flocon prit son petit déjeuner et retourna s'entraîner. A ce moment là, Blanc-Neige, un ami de Flocon, arriva.

"Qu'est-ce que tu fais ?" dit Blanc-Neige.

"- Je m'entraîne pour la course." répondit-il.


Blanc-Neige, un peu surpris, demanda :

«Avec qui vas-tu faire la course ?
conte024_revu.jpg

- Je ne sais pas, je vais demander de ce pas à Grand-Froid.»


Flocon partit à sa recherche avec Blanc-Neige.


Quand ils le virent, Flocon lui demanda :


« Qui vais-je affronter à la course ?


- Tu vas affronter Bonbon.


- Je n'y arriverai jamais, c'est le plus fort des rennes du Père-Noël."


Flocon et Blanc-Neige allèrent sur la piste de vol et s'envolèrent.


Flocon devait rattraper de faux cadeaux.


Il mit une bonne heure avant de les avoir tous attrapés.


Au départ de la course, Bonbon prit un raccourci mais Flocon le vit. Donc, il le suivit.

En prenant le passage secret, le plus rapide se blessa à la patte.

Mais, heureusement, le jeune renne l'avait suivi. Il alla le voir et dit :


" Tu es blessé ?


- Oui.


- Dans ce cas-là, je vais te ramener vers Grand-froid."


En ramenant Bonbon, il se cogna contre quelqu'un. Cet inconnu s'appelait Boule de neige. C'était un vieux renne qui s'était échoué en tournée un jour de Noël.
floconcg-copie-1.jpg

Flocon demanda :


"- Depuis combien de temps étais-tu égaré ?


- Ca fait déjà deux ans !"


A ce moment-là, le Père Noël arriva et vit Boule de Neige.



" Bonjour, qui es-tu ?" demanda le Père Noël.


- Je m'appelle Boule de Neige... Et vous, vous êtes le Père Noël ?


- Oui, évidemment !


- Mais, la dernière fois que je vous ai vu, vous étiez enfant... et au Canada..." dit Boule de Neige.


Très surpris, le Père Noël répondit :


" Mais, je n'ai jamais grandi au Canada !


- Alors, cela veut dire qu'il existe deux Pères Noël !"



Flocon, le renne malin, intervint alors :


"Quoi, qu'est ce que j'entends... Il y aurait 2 Pères Noël...? Je crois qu'il faut que je mène l'enquête !"


Le Père Noël lui dit alors : "Si tu retrouves ce deuxième mystérieux personnage, tu pourras faire partie de mes rennes pour la tournée de
Noël..."


Alors, tout excité, Flocon répondit : "D'accord, je m'en occupe, mais d'abord je raccompagne Bonbon..."


Flocon partit à la recherche du mystérieux personnage au Canada.

Il demanda à plein de personnes mais personne ne le connaissait.


Tout à coup, il entendit une grosse voix derrière lui. Il se précipita vers le bruit et il vit une grosse maison. Il tapa à la porte, un personnage, habillé tout en rouge, lui ouvrit :
" Ah, vous êtes le Petit Chaperon Rouge.....euh....non vous êtes trop vieux......alors.....Spiderman.....ah non, vous êtes trop gros.....mais alors qui êtes-vous ?" demanda Flocon.

"Je suis le président des Pères Noël, le plus vieux, le plus gros, celui qui organise tous les traîneaux et qui s'occupe de tous les rennes qui vont porter les cadeaux. Et toi, qui es-tu, boule de poils blancs ? Tu cherches un job pour les vacances ?"

Surpris, Flocon ne répondit pas...

"Allez, viens avec moi, je t'emmène dans mon traîneau-limousine. Notre chauffeur nous attend. Il faut se dépêcher, car il est un peu malade...

- Qu'est-ce qu'un traîneau-limousine, demanda Flocon ?

- Viens le découvrir de tes propres yeux !"

  carlaA.jpg

Tout à coup, des lutins bricoleurs déployèrent un tapis rouge devant le président et Flocon. Ils entrèrent dans la limousine. Flocon n'en croyait pas ses yeux.

 

"Une chose aussi extraordinaire et spacieuse !... Oh, je rêverais de pouvoir la conduire !"


Le président des Pères Noël lui dit : "Désolé mais c'est le chauffeur qui conduit.
- Bon, ce n'est pas grave ! dit Flocon.
- Que fais-tu là ? demanda le chef.
- Je suis là car mon Père Noël m'a demandé de venir te chercher pour que je te ramène à lui. Il veut te poser des questions.
- D'accord, répondit le gros homme. Je veux bien venir avec toi mais il faut que je fasse ma valise."
Quelques minutes après, les deux partirent en limousine pour aller voir le Père Noël.

Lorsqu'ils arrivèrent, le Père Noël les attendait. Ces deux-là descendirent. Tout à coup, le président et le Père-Noël se regardèrent et dirent en même temps : "Qui es-tu ?"

Le véritable homme de Noël dit : "Bravo Flocon ! Comme je te l'ai dit, je t’emmènerai pour la tournée."
Ensuite, les deux hommes parlèrent pendant des heures.

A la fin de journée, le président repartit et dit : " Ne vous en faites pas ! Je ne suis plus Père Noël !"


Pendant la nuit, Flocon et les autres rennes, ainsi que le vrai Père Noël commencèrent la distribution des cadeaux...

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 18:00

 

Ce 12 novembre, le Père Noël réunit ses lutins et leur dit :
« J'en ai marre d'apporter des cadeaux aux enfants alors que je ne sais même pas lire ! Je démissionne et je retourne à l'école ! Peut-être, une autre personne prendra ma place.
- Mais enfin, personne ne pourra te remplacer, répondit Gégé le lutin rouge.»
            Le lendemain matin, Gégé annonce que le Père Noël est parti. Les lutins s'affolent. Ils vont voir le traîneau mais le traîneau n'est pas là. Le père Noël est bel et bien parti!


            Les traces conduisent vers le village voisin... Les lutins les suivent en espérant rattraper le vieux bonhomme.
Soudain, Souffle-Vent, le plus malin, découvre les habits du père Noël dans la neige!

conte031.jpg


            Au même moment, un vieux monsieur barbu frappe à la porte de l'école du village... La porte s'ouvre. Le monsieur barbu entre.

conte032.jpg

 

 

 

Le directeur reconnaît le Père Noël. Il croit qu'il va lui donner un cadeau. C'est pour ça que les enfants ne rigolent pas. Il lui demande :

«Mais que faites-vous là ?

- je suis là parce que je ne sais pas lire, répond le Père Noël.
-Comment ça ! Vous ne savez pas lire à votre âge ?
- Euh..., non !
- Hum...Bon, d'accord. Nous avons quelques places libres dans notre classe de CP. »


            Les lutins, quant à eux, suivent encore les traces laissées par le Père Noël. Deux empreintes se croisent. Il faut vite faire un choix pour ne pas les perdre de vue car une tempête de neige approche. Ils décident de se réfugier dans un bois car le vent se lève. Le lendemain, ils se réveillent d'un bond et repartent chercher le Père-Noël. Ils aperçoivent une lumière et vont voir : c'est le village. Ils fouillent tout le village à la recherche du Père-Noël.
Ils se dépêchent car il y a un vent glacial dehors. Ils finissent par tomber sur une école, mais elle est fermée.
Sur la porte, il y a une affiche où il est écrit :


                                    École fermée, les classes sont en sortie scolaire 

à l'exposition "manivelles et roues dentées".



001-copie-5.jpg

Un des lutins s'écrie :
« Oh non, le père-Noël a dû monter dans le bus avec les enfants... » Puis il ajoute « Et l'exposition est à au moins deux heures de marche d'ici, nous ne le rattraperons jamais ... Comment allons-nous faire ? »
            « Allons chercher derrière l'école. Le traîneau y est peut-être ? »
            Ils vont derrière l'école et découvrent le traîneau avec les rennes. Ils montent.
« Comment le faire décoller ? », dit Gégé. Un des lutins trouve un vieux fouet et tape les rennes. Ils décollent mais atterrissent sur ....le toit de l'école !
« Plus fort !!!!!! », dit Gégé.
Ils redécollent et atterrissent.....pile sur le bus qui revenait.

            Gégé réfléchit et dit : « Mais avec tout ce bruit les enfants vont sortir et nous voir !» Mais Souffle-vent lui répond : « Ne t’inquiète pas, je sais qu’il y a de la poudre magique dans le traineau, elle va nous faire disparaître, vite, va la chercher ! »

Gégé prend la poudre et en met partout sur le traineau. Les enfants et le Père Noël sortent du bus pour rentrer en classe. Mais le Père Noël avait oublié quelque chose dans le car, il fait demi-tour et, en revenant, découvre les lutins.

Le Père Noël leur dit :

« Bonne nouvelle, je sais enfin lire après toutes ces années ! 

  - C'est bien, dit Gégé, maintenant tu peux rentrer à la maison.

- Pas encore, répond le père Noël, j'ai encore plein de choses à apprendre à l'école !

- Mais qu'est-ce qu'il a avec cette école, ce vieux schnock, s'exclame Lutin Grincheux ! »

Heureusement, le Père Noël ne l'entend pas...

« Bon, j'ai bien réfléchi, dit le Père Noël. Je vais reprendre ma place de Père Noël mais je vais aussi m'inscrire à des cours par correspondance. Si vous me voulez encore les Schtroumfs !? »

  Les lutins acceptent.

  « Bon, allez, on a encore du pain sur la planche les gars !!! »

  Ils remontent à toute vitesse dans le traineau et retournent s'occuper de la distribution des cadeaux, comme toutes les années...

  Pas tout à fait comme toutes les années : cette année, le père noël a eu aussi un cadeau. Les lutins lui ont offert un joli livre...

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 17:25


 Noël, c'est le 25 décembre, tout le monde le sait.

Et aujourd'hui, on est le 25 décembre.

Mais là, ce n'est pas pareil : le Père Noël n'est pas venu...

Je vous explique :

ça se passe le jour de noël, le 25 décembre donc.

Je me demande pourquoi il n'est pas venu...

Mais... j'ai déjà commencé ma petite enquête...

J'ai déjà trouvé quelques indices en me rendant au Pôle-Nord :
- un lutin grincheux qui en voulait au Père-Noël, il souhaitait lui prendre sa place
- un renne a disparu
- des cadeaux ont été volés

02c

Qui en veut au Père-Noël, quelle piste choisir ?...

Premièrement, je me dis : les cadeaux volés auraient pû être remplacés.
Deuxièmement, je décide
d'interroger le lutin grincheux. Je vais chez lui mais il n'est pas là. J'attends mais personne à l'horizon...

Alors je choisis la piste du renne. En regardant tous les enclos, je m'aperçois que l'enclos du chef des rennes est vide. Donc, le renne qui a disparu, c'est celui qui guide toute la brigade, le renne le plus attaché au Père Noël.

Je me décide à suivre les traces dans la neige. La piste s'enfonce dans la nuit froide. Il y a quelque chose devant moi qui scintille sous la lune :
un collier où il est écrit: «renne du père-Noël». Je continue...

Zut, le brouillard maintenant ! Et les traces de pas qui se séparent en deux !

Je prends à droite.

Au moment où le brouillard s'épaissit, j'aperçois une lueur. En m'approchant je distingue une vieille cabane en bois. Un frisson me parcourt le
dos.
Je ressens un profond malaise...

J'ai très peur mais je m'approche quand même. J'ouvre la porte. Je vois le renne et le Père Noël. Ils sont attachés. Et je vois aussi le lutin qui s'habille parfaitement comme le Père Noël, avec son traineau rempli de cadeaux...

Le lutin ne m'a pas remarqué. Je sors, referme la porte, me glisse jusqu'à la fenêtre et regarde. Le lutin continue de surveiller ses prisonniers
tout en préparant sa fausse tournée. Sans faire de bruit, je me faufile vers la porte arrière et reprends les cadeaux volés. Je vais chercher les rennes et leur explique la situation. Après être revenus à la cabane en suivant mes propres pas, nous l'encerclons  :

« Hé le lutin ! Rends nous le Père Noël, tu es cerné ! »


Pas de réponse, pourtant la faible lumière continue de luire. Je relance l'appel, personne. La fumée sort de la cheminée. C'est sûr, il y a
quelqu'un.

« J'ai pris les cadeaux que tu as volés et j'ai ramené le reste des rennes . »
Je vois alors un rideau s'entrouvrir...

Un deuxième petit lutin ouvre la fenêtre et tire avec un pistolet en sucre d'orge sur moi. Je me jette à terre en esquivant la balle en sucre et je cours derrière un sapin pour me cacher.
002-copie-2.jpg

Pendant ce temps, les autres rennes voient un lutin sortir par la porte de derrière avec le Père-Noël et le renne. Soudain, j'entends un cri. L'une des balles touche un des rennes qui m'accompagnent. Celui-ci tombe à terre et je ne sais plus quoi faire.

Une roulade pour arriver à la porte, et je viens au secours de la bête. Le renne est blessé à la patte.

Je lui fais rapidement une petite attelle et lance une pierre sur le lutin qui tire des balles en sucre. Il tombe et lâche son pistolet, alors je m'en saisis et ...

«Hauts les mains !»dis-je
Le lutin lève les mains. Je l'attrape, lui mets le pistolet sur la tempe et je crie :
«Rendez-nous le Père Noël et le renne sinon je tire !»

 

Pas de chance pour lui, le lutin se met à bouger. Alors je lui tire une balle dans la tête. Rapide comme l’éclair il attrape la balle et il la mange. Je le plaque par terre puis je l’attache. Je ramène le renne et le Père Noël chez eux et soudain….

Je me réveille, toute cette histoire n’était qu’un rêve.

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 15:06

 

C’était la veille de Noël. Les lutins avaient beaucoup de travail. Très très fatigués, ils se réunirent et décidèrent de repousser Noël à plus tard !

Mais cela était impossible !!! Prévenir tous les enfants en si peu de temps !!!
Alors, les lutins, courageux, se mirent à travailler encore et encore. Le soir venu, ils n'avaient toujours pas fini.
Noël tournait à la catastrophe !

Les lutins, désespérés, allèrent voir le Père Noël et lui demandèrent :
 «Gentil Père Noël, peux-tu nous donner une potion magique pour travailler plus vite ?»
Les lutins burent l'excellent breuvage au bon goût de barbe à papa Noël, mais au lieu de travailler plus vite, ils devinrent mous et paresseux...

Malgré cela, les lutins retournèrent voir le Père Noël pour avoir une nouvelle idée.

Alors le Père Noël leur donna une chronomontre (c'est un objet qui sert à retarder le temps) mais en l'essayant, les lutins s'aperçurent que la chronomontre n'avait plus de pile...

Ils décidèrent de partir à la recherche d'un moyen de la faire fonctionner.
Ils sortirent dans la neige, mais la mollesse et la paresse les firent tomber de fatigue les uns après les autres. Le dernier lutinqui s'appelait Grauk, juste avant de s'endormir, sentit la neige se dérober sous ses pieds.
05f


Il glissa alors jusqu'à atterrir sur un lac et en briser sa glace.

 conte033-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois dans l'eau, revigoré, il aperçut des éclairs sous ses pieds : «Génial, une anguille électrique !»


conte035.jpg
Il l'attrapa et la mit dans un sac puis il revint réveiller les autres lutins. Il leu dit:

« j'ai trouvé une anguille électrique, ça pourrait nous servir à recharger le chronomontre.
- Quoi ! Mais tu es fou ! Mais bon… Où est-ce que tu as trouvé cette anguille ?
- Pas très loin d’ici, dans le lac où je suis tombé.
- Le Père Noël va être époustouflé que tu aies attrapé une anguille électrique.
- Bon, je me dépêche. »

Il arriva à la maison, le bonnet de travers, saisit la chronomontre et sortit l’anguille du sac. Un hurlement de douleur accompagna l’anguille. Elle venait de l’électrifier. Grauk se mit deux gants de protection à chaque main et fourra l’anguille dans le boitier prévu pour les piles.
Ils entendirent Tic Tac, Tic Tac…
«  Youpi ! Houra ! Elle marche. »

 Soudain, l'aiguille des minutes commença à tourner de plus en plus vite. Le Père-Noël ouvrit le couvercle pour essayer de réparer la chronomontre et il vit l'anguille mordre les câbles. L'anguille gigotait dans tous les sens.
Il enleva l'animal électrique et tout s'arrêta.
Le Père-Noël poussa un cri, l'anguille se calma et il put la remettre à sa place : la chronomontre pouvait à nouveau fonctionner.
Les lutins se mirent au travail et…
...terminèrent tous les cadeaux. L'un dit : ‘Youpi ! On a terminé les cadeaux...! » Un autre répondit : « Arrête la chonomontre ! »

 Ensuite, ils chargèrent tous les cadeaux dans le traîneau.

conte034.jpg

 

 

Puis un des lutins dit au Père-Noël : « Tu peux faire la tournée de Noël maintenant, tout est prêt... »
Le Père Noël, tout content, prit les Rennes pour faire sa tournée.
Cette année-là, les enfants ont failli ne pas avoir de cadeaux !

 

OUF!!!On a eu chaud....

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:27

Un mois avant Noël, le Père-Noël inspecta l'atelier de fabrication de jouets. Il remarqua que ça n'allait pas assez vite. Il devint tout rouge, s'énerva et se mit à hurler !

conte036.jpg

 


La mère Noël qui avait tout entendu s'approcha et dit :

"- Qu’est-ce qui se passe, nom d’une chaussette de noël !

- Ça ne va pas assez vite, il faut prendre plus de lutins !  répondit le Père Noël.

- Comment ça plus de lutins ? Il y en a déjà assez !" s'écria la mère Noël. Tu n'auras pas assez d'argent pour les payer. Déjà qu'ils nous réclament une augmentation...

En plus, tous nos lutins sont déjà au travail !

- Il faudrait inventer une machine à multiplier les lutins, dit le père Noël. Mais on n'a pas le temps d'ici Noël ! J'y penserai pour l'année prochaine. En attendant, je vais leur demander de faire un petit effort....

- Mais ils ne vont jamais vouloir ! Ils vont faire grève ! s'écria la mère Noël.
- Il faut que les lutins travaillent plus ! répliqua le père Noël."

Pendant ce temps, les lutins discutaient entre eux :

"- Vous les avez entendus ? Ils trouvent qu'on ne travaille pas assez ! ET EUX ALORS ! Le père Noël est toujours planté devant sa télé, la mère Noël tricote ses chaussettes ! C'est insupportable !...

Il faut que l'on trouve un moyen de les faire travailler eux aussi !

- Ah non ! Moi, je ne suis pas d'accord ! Père et Mère Noël vont nous punir. Nous allons devoir encore faire la vaisselle, mettre la table, faire la cuisine et les lessives, laver les rennes, net...

- Attends, attends, coupa Alain.  les rennes, c'est bien ça !
- Euh... tu me fais peur là, reprit Georges le lutin.  

Tu veux dire qu'on devrait demander aux rennes de travailler avec nous ?

- Oui, tu as tout compris ! " répondit Alain.

Le lutin-renne, celui qui savait parler aux rennes, dit :

"- Je peux m'en occuper. "

Il alla les voir et leur demanda :

"- Est-ce que vous pouvez nous aider à travailler ?

 - BBBBRRRRRRRRRRWWWWWWWW

- Je prends ça pour un oui !"

Les rennes volèrent vers l'atelier, mais à peine entrés, ils se mirent à faire n'importe quoi !!!

Les lutins en eurent plus qu'assez, ils décidèrent d'arrêter de travailler et de faire grève. 

  F Paul

"- Attendez ! Attendez ! s'écria le lutin Léon, j'ai une solution !"

De sa voix chevrotante, Léon proposa de demander l'aide de leurs cousins les lutins du pôle Sud.

La proposition fut acceptée, mais un autre problème se profila : comment faire venir les cousins du pôle Sud ?

"- Allons demander au père Noël ce qu'il en pense" suggéra Georges.

"- Bonjour Père Noël. Veux-tu nous prêter ton traineau ?

- Non ! Vous allez faire des bêtises !

- Mais non" répondit le lutin. Les autres lutins lui demandèrent :

"- Alors, qu'est ce qu'il a dit ?

- Il a dit non.

- Comment va-t-on faire ? 

- On peut acheter une luge magique.

- Allons demander au Père Noël."

Ils allèrent le voir et lui demandèrent un peu d'argent. Il leur donna. Les lutins achetèrent une luge magique et se rendirent au pôle Sud. 

conte026 revu

 

 

La luge magique filait comme le vent, si bien qu’ils arrivèrent bien avant la nuit.

conte025_revu.jpg

 

 

 

 

Après avoir traversé un vaste lac gelé, ils arrivèrent devant une grande porte de chêne sculptée de motifs divers.

"- Qui êtes-vous et quel est l’objet de votre visite ? leur demanda un lutin de garde.

- C’est le Père Noël qui nous envoie. Pouvez-vous nous aider à finir les cadeaux de Noël pour les enfants ?

- Entrez !"

Léon alla voir le chef de ses cousins et lui expliqua la situation. Il était d’accord mais à une condition : changer de maître.

"- Notre patron, c’est le Père Fouettard. Il est très méchant avec nous. Quand on fait une bêtise, il nous enferme dans un igloo plusieurs jours. Préparer Noël avec vous, ce serait amusant !

- Le Père Noël sera ravi de vous accueillir. Venez !" s’exclama Léon.

Ils montèrent dans la luge magique et rentrèrent au Pôle Nord.

En retournant au pôle nord, un lutin entendit : cric crac, cric crac. La luge se cassa en deux. Tous les lutins se firent mal. Le lutin Zezete sortit des bonbons et une potion. Il répara la luge et donna des gourmandises magiques aux lutins pour qu'ils aillent mieux. Ils s'aperçurent qu'il y avait un fouet sur un des deux patins. 

 

Un lutin s'exclama :

"- J'ai une idée, si on avance encore un peu, la magie du Père Fouettard cessera de fonctionner car nous serons à une trop longue distance de lui, alors le fouet se détachera.

- D'accord, alors en marche !" dit Alain. Et cela marcha. Ils purent continuer leur route. Ils arrivèrent enfin au pôle nord et se mirent directement au travail. Une personne entra dans l'atelier.

"- Les lutins du pôle sud... mais que font-ils là ? " dit le Père-Noël. Alors Georges lui expliqua toute l'histoire : le Père Fouettard, la luge, etc ...

"- Le Père Fouettard ! Mais c'est mon frère ainé ! Quelle terreur celui-là ! Il est horriblement méchant... Tenez, une potion spéciale pour que mon frère soit gentil avec vous... Servez-lui dans son thé..." dit le Père-Noël aux lutins du pôle sud.

"- Merci, mais il faudrait que nous rentrions chez nous...

- Je vous ramène en traîneau ! " leur répondit-il.

Puis, le Père-Noël s'adressa à ses lutins du pôle nord et il leur dit :

"- Quant à vous mes chers petits, exceptionnellement cette année, pour vous remercier de votre travail si précieux, je vous emmène tous pour la grande tournée...".

 

Et quelques jours plus tard, on entendit : "En avant toute les rennes !"


Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 16:59

Il était une fois un Noël sans neige où il faisait très chaud. On s'ennuyait tellement que même la meilleure élève de la classe ne lisait plus de livre !

On se demandait s'il allait y avoir des cadeaux...

mysterieux

Pendant ce temps là, au village de Noël, les lutins travaillaient. Mais le Père Noël avait perdu la formule magique pour faire neiger ! Il faisait ses recherches pour la retrouver rapidement mais rien à faire elle avait disparu. Il alla alors sur Facederennes.com et envoya un message à tous les enfants du monde.

Alors tous les enfants allumèrent des ventilateurs pour faire venir le froid, les nuages et faire tomber la neige. Mais arriveront-ils à maintenir la bonne température ?

perenoelinternet.jpg

Au village de Noël, le Père-Noël était toujours à la recherche de sa formule magique.... Mais malheureusement son ordinateur ne marchait plus.

Les enfants étaient de plus en plus inquiets... et tout à coup, panne d'électricité générale !!! Les ventilateurs s'arrêtèrent !!! Tout le monde perdait espoir.... Pourtant, il restait sûrement une solution !!!

 

De son côté, le père Noël chercha une solution de plus belle mais rien à faire… Il décida d’envoyer quelques lutins à la neigeothèque…

 

conte037.jpg

 

 

Arrivés sur place, Markus chercha à droite, Bill chercha à gauche et Carlos s’engouffra dans l’allée du milieu. Après de longues heures de recherche, Carlos trouva enfin l’énorme grimoire !

G-Maelys.jpg

Il le feuilleta rapidement, la recette était à la page 9782… Mais horreur, la page avait été arrachée ! Il la chercha dans le livre, malheureusement, il ne la trouva pas... Carlos courut chercher Bill et Markus pour leur annoncer la mauvaise nouvelle ! C'est alors qu'il glissa sur une feuille... C'était un vieux parchemin. Ils le lurent et s'aperçurent qu'il contenait une drôle de formule...

 

- " Ça saute aux yeux que c'est notre formule ! dit Markus.

- Si le père Noël peut la réciter, pourquoi pas nous ? proposa Bill.

- Ce n'est peut-être pas une bonne idée, hésita Carlos...

- Mais si ! Allez, tous ensemble : Abi louda, la neige viendra, le chaud partira ! Abra boudica, neige viens, froid lève-toi  "

conte039.jpg

Une lumière aveuglante apparue par la fenêtre ... Les petits lutins se précipitèrent dehors. Et là, horreur : à la place du soleil, il y avait un énorme flocon, et des petits soleils tombaient du ciel ...

- " Oulala, je crois qu'on va se faire enguirlander... murmura Carlos.

- Vite, prenez les crayons jaunes et blancs et coloriez les soleils en blanc et le flocon en jaune, dit Carlos."

Et les lutins se dépèchèrent de colorier. Mais ça ne marcha pas. Alors il décidèrent de réciter la formule à l'envers. Ils se penchèrent sur le parchemin et récitèrent : " Toi lève froid, viens neige, boudica abra. Partira chaud le viendra neige la louda abi. "

Les derniers mots prononcés furent comme le déclencheur d’un déluge. Les soleils miniatures, tout comme le flocon géant, disparurent et laissèrent la place à de gros nuages noirs. Des trombes d’eau commençèrent à tomber, Markus s’écria : « Arrêtons de faire n’importe quoi, c’est le Père Noël qui doit réciter la formule. Allons le voir directement. »

Ils se précipitèrent à l’extérieur et se ruèrent d’un même pas chez le Père Noël. En chemin, Markux vit qu’il y avait quelques arbres légèrement brûlés. La formule avait fait des dégâts, heureusement que la pluie avait tout arrêté. Ils arrivèrent chez le Père Noël, la peur au ventre.

« Je suis le seul à pouvoir dire la formule, s’exclama le Père Noël. Donnez-la moi ! »

Il hurla : «  Formule envole-toi et évapore-toi ! Abou boudi épanou agonise ! »

Aussitôt, la pluie laissa la place à une multitude de flocons. Il neigeait.

Les enfants étaient heureux : ils retrouvaient le sourire car ils quittaient peu à peu leur inquiétude.

Et la meilleure élève de la classe relisait de nouveau des livres.

La vie reprit son cours normal. L'électricité se remit en route et le Père-Noël recolla la formule dans le livre. Les enfants s'amusaient à se lancer des boules de neige.

Le Père-Noël fit sa tournée et les enfants furent heureux et eurent leurs cadeaux.

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 16:00

Dans son atelier le Père-Noël est stressé : ses machines ne fonctionnent plus, les lutins sont partis, les rennes sont malades, le traineau est cassé…

conte011_revu.jpg

 

 

 

 

 


A quatre jours de noël, rien n’est prêt ! Assis dans son fauteuil, il se ronge les ongles en tapant des pieds et il réfléchit.

Tout à coup, quelqu’un frappe à la porte…001

C'est Guy Rlande, son vieil ami, qui entre tout affolé dans la maison. Il bégaye, essoufflé :

 - J'ai entendu sur Info Noël que des lutins se sont faits capturer par une mystérieuse créature, pas très loin de chez toi, dans la forêt du bois maudit. Est-ce que tes lutins vont bien ?

- Euh... En fait... Non, rien ne va ! Je n'ai plus de traîneau..., mes machines sont en panne..., mes rennes sont malades... et mes lutins,sans qui rien ne pourra refonctionner ici sont partis ! Noël va être un désastre ! Mais avec ce que tu viens de m'apprendre, j'ai bien peur qu'ils se soient faits capturer...

Le Père Noël décide de partir tout de suite à la recherche des lutins. Il va appeler ses amis en renfort : Clément Ine, Boule Denoël et Papy Yotte.

 

Quand ses amis arrivent, ils partent directement à la recherche des lutins dans la forêt maudite. Soudain, ils trouvent une énorme empreinte, ils la suivent et arrivent près d’une énorme maison.

« C’est sûrement la maison de la créature ! » s’écrie le Père Noël tout affolé. De peur, Clément préfère se sauver à toute allure, Boule se réfugie sur un sapin et Papy perd sa canne....

 

 

L'énorme porte s'ouvre...

 

conte013_revu.jpgLa créature s'avance. Elle est TOTALEMENT hideuse ... Un oeil ENORME de vipère, deux ENORMES

 

bouches de crapaud, , trois ENORMES oreilles d'âne (une sur le dessus de la tête), quatre ENORMES mains de singe , cinq ENORMES pâtes de poules  !!!

 

Et un teint verdâtre, des poils partout, et une odeur pestilentielle !!!


 

Ils sont tous effrayés !

 

« Comment va-t-on faire ? demande Papy Yotte ».

Boule Denoël éclate en sanglots.

Le Père Noël, lui, est très courageux. Il s'approche de la créature.

 

« Nous allons conclure un marché. Tu me rends mes lutins et en échange, ils te fabriqueront plein de cadeaux de noël."

 

6
"Pas d'accord !" dit l'affreuse créature."A part si tu remplis ma mission."
"Et c'est quoi ?" reprend le Père-Noël
"Cette mission consiste à m'apporter le Père Fouettard pour que je me venge."
"Mais te venger de quoi ?" répond le Père-Noël.
"D'accord, je vais tout t'expliquer"  dit la créature. " Cette histoire remonte à l'an 2794 avant Jésus-Christ. Quand j'étais petit, je n'avais pas été sage et au lieu du Père-Noël, c'est le Père Fouettard qui est venu..."

 

7- « Je pense que je n'ai pas le choix. » dit le Père Noël.

Il prend un raccourci pour aller chez le Père Fouettard et il lui demande de venir fêter Noël avec ses amis et lui.

H-Lauriane.jpg

Le Père Fouettard répond :

« Bon, j'accepte pour cette fois... »

Ils reprennent le raccourci dans l'autre sens mais, en fait, ils vont chez la mystérieuse créature.

 

8- En chemin, le amis du père Noël sont mal à l'aise, et traînent des pieds. Mais le vieux patron des lutins accélèrent le pas, le temps presse !

Ils finissent par retourner devant l'ÉNORME porte.

«Toc toc toc !» ... Bizarre, aucun bruit à l'intérieur...

Papy Yotte pousse un «ouf» de soulagement...

 

      9- Le Père Noël découvre que la porte n'est pas totalement fermée. Il l'ouvre et entre.Il voit alors les lutins endormis. La porte se referme et on entend des pas. C'est la créature. Elle revient avec une hache à la main.

 

10-

 

La créature ne voit la petite troupe qu’une fois dans les vestibule.

«  Je m’apprête à couper du bois, mais peut-être que ma  hache servira à un tout autre usage ? »

Le père Fouettard pâlit. «  Et quel serait cet usage ?

-          - Me venger de toi, je le désire depuis l’an 2794. Tu as la mémoire courte. J’étais un enfant pas sage. J’attendais Noël avec impatience. Mais au lieu d’avoir des cadeaux, j’ai eu des coups de fouet. Et à ton avis, qui m’a fouetté ?

-         - Mais de ce temps, tu étais un petit garnement et comme tous ces enfants, je devais te punir.

-         Père Noël ! s’exclama le Père Fouettard. Comment as-tu osé me mentir ? Moi, un vieux camarade de classe qui t’ai toujours protégé.

-         - C’est faux ! lui répondit le Père Noël. Au contraire, tu m’as toujours humilié, tu t’es toujours moqué de moi.

 

Pendant ce temps, les lutins se réveillent peu à peu. Ils ouvrent la porte et se retrouvent face à tout ce monde. Le Père Fouettard comprend alors que le Père Noël l’a amené jusqu’ici pour l’échanger contre les lutins.

«  Père Noël, prends tes lutins et occupe-toi des cadeaux des enfants. Je vais garder le Père Fouettard loin des enfants un certain temps.

-         - Je te remercie, créature. A bientôt ! »

Arrivés à la fabrique du Père Noël, les lutins se remettent au travail. Ils réparent les machines, le traîneau, et finissent les cadeaux. Les rennes sont en pleine forme, la tournée peut commencer.

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 15:39

                                                                                                                                                                                                                                  François avait sept ans. Il habitait Vinça, ce beau village au pied du Canigou.

 

conte007 revu

 

 

 

 

 

Il ne croyait plus au père-noël depuis l’âge de cinq ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

conte006_revu.jpg

La veille de Noël, il alla se coucher juste après le repas. Dans la nuit, il entendit des grincements. D’où venaient ces bruits ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

conte002 revuIl descendit les escaliers rapidement et sans bruit. Dès qu’il arriva en bas des escaliers, François n’entendit plus de grincement. Il se dit qu’il avait peut-être rêvé et repartit vers sa chambre.

 


 

 

 

 

002Par habitude, il regarda en direction de la baie vitrée et vit une voiture se garer. Une ombre passa devant les phares.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivé dans sa chambre, il alla dans son lit et vit un petit bonhomme qui le regardait avec pitié.
002-copie-1
  Il se frotta les yeux pour vérifier que c'était bien réel.

 
Voyant de nouveau le petit homme, il se cacha sous sa couverture. Le petit bonhomme s'approcha et lui dit : 001-copie-2


« N'aie pas peur François !

 

- Mais comment connais-tu mon nom ?


- Je suis envoyé par le Père-Noël car tu es sur la liste rouge des enfants qui n'y croient plus.


- Qu'est-ce que tu fais ici ?


- Je viens pour te faire de nouveau croire au Père-Noël car de moins en moins d'enfants y croient et la magie risque de s'éteindre : le Père-Noël ne livrera plus de cadeau et moi, je serai au chômage ... »

Le lutin continua :


« Si tu n'y crois vraiment pas, je t'emmène au Pôle Nord.


- Arrête tes sornettes ! C'est beaucoup trop loin !


- Pas en traîneau magique...


- Prouve-le moi !!!


- D'accord ! » 

 

 

Ensemble, ils descendirent les escaliers. Ils allèrent vers la porte, elle était fermée. François demanda au petit homme : « Comment on va faire pour l’ouvrir ? ». Le petit homme claqua des doigts et la porte s’ouvrit comme par magie. Ils entrèrent dans le garage. François vit un traîneau avec une belle peau de mouton et il vit par la fenêtre quatre rennes. Il commença à trouver cela bien magique.

Ils s’envolèrent tous les deux sur le traîneau. François découvrit le pôle Nord et aussi une maison qui brillait de mille feux. Le traîneau se posa.

François grelotait, il courut vers le chalet et toqua « toc, toc, toc ». Un vieux monsieur avec une longue barbe blanche lui ouvrit.

 

perenoel2.jpg

 

 

« Ahhh ! Un monstre ! s'écria François.

- N'aie pas peur François. Je suis le Père Noël.

- Je suis sûr que tu es un homme déguisé ! dit François.

- Et bien, soupira le Père Noël, en attendant, viens donc visiter ma maison.»

 

Pas très rassuré, François pénétra dans la maison. Il y avait des guirlandes du sol au plafond.

 

conte020_revu.jpg«Un peu trop décoré, dit François.

- Non, mais dis donc ! s'écria le Père Noël !!!

 

- C'est Noël, c'est normal !!! reprit-il, rouge de colère.

- Moi, je ne crois pas au Père Noël. La magie de Noël, c'est truqué... Le traîneau qui vole, il a un moteur et puis les rennes, ce sont des faux !! continua François.

- Ah oui, tu crois ?! Viens leur parler à mes faux rennes ! Et en même temps, tu regarderas si le traîneau truqué a un moteur ! »

François fit un tour au garage et inspecta le traîneau... Il n'avait pas de moteur !

Ensuite, il alla voir les rennes, mais au lieu de voir des machines toutes éteintes, il vit plein de vrais rennes en action...

conte021 revu

Peut-être que le Père Noël existait vraiment ?

  « Alors tu y crois maintenant ? demanda le Père Noël.

- Oui, je le pense ! répondit François.

- Tu veux une autre preuve ou ça suffit ?  interrogea le Père Noël.

- Je veux bien.  reprit François.

  - Dans ce cas, je vais te montrer l'atelier de fabrication. » dit le Père Noël.

 

En ouvrant les portes, François découvrit un spectacle qui le laissa bouche bée. 

Il y avait là, des lutins par milliers, et des montagnes de cadeaux.

conte023_revu.jpg

 

 

François avait des étincelles dans les yeux, et pourtant :

«Ce ne sont que des robots !» dit-il.

À ces mots, le père Noël ne se sentit pas du tout de joie, et devint rouge de colère ! «Va donc les toucher tes robots !! »

François, vexé, approcha doucement et pinça l'un des lutins :«Aie!» et le lutin le pinça à son tour.

«Aie!» dit François en ouvrant les paupières ... et en découvrant sa mère !

«Bonjour mon chéri, as-tu bien dormi ? Aujourd'hui c'est Noël, et je crois bien que le père Noël est passé...»    

 

Et François alla ouvrir ses cadeaux.

 

conte030_revu.jpg

 

Sur un cadeau était écrit : de la part du Père Noël. Il se dit alors que le Père Noël existe bien, que ce ne sont pas des trucages. Puis, il alla le voir et lui dit : «mais c'est vrai que tu existes !»

 

FIN

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 15:01

C'est la nuit de Noël. Le Père Noël s'habille. Il attache ses rennes, charge tous les cadeaux et commence sa tournée. Mais soudain, il trouve que son traineau est bien léger...
 

 PN2.jpg

 


Il se retourne et voit tous les cadeaux tombés à la lumière de la lune . Ses  rennes continuent d'avancer.

001-copie-3.jpgousontpassescg

  " C'est à cause de vous ! Vous avancez plus vite que d'habitude. Pompon, Mimi ralentissez et descendons récupérer les cadeaux !"

conte001 revu

  Aussitôt, le Père Noël tire sur les rênes pour les freiner.

Les flocons de neige lui brouillent la vue et il compte sur son attelage pour le guider. Tant bien que mal, ils atterrissent sur un lac gelé bordé de majestueux épicéas blancs.

 

conte010_revu.jpg

  " Pompon ! Mimi ! tout va bien ?

  - Nous ça va, mais Gomette s'est fait mal à la patte.

  - Gommette, est-ce que c'est grave ?

- Plus de peur que de mal, je n'ai qu'une légère brûlure au-dessus du sabot.

  - Repose-toi un moment. Je vais vous détacher pour que vous m'aidiez à retrouver les cadeaux."


 

Les rennes voient une petite lumière et commencent à avoir peur. Ils s’affolent et disparaissent dans la brume.

Le Père-Noël se demande ce que pourrait être la lumière. Alors, il se rapproche et voit une maison.

Il voit des petites ombres bouger très rapidement.

Il va voir et…

 

Le Père-Noël commence à avancer pour découvrir ce qu'il y a dans la maison. Il voit par la fenêtre une famille de minuscules lutins. Il décide de frapper à la porte. On lui ouvre et il voit un petit bonhomme qui lui dit :

"- Hum, vous me rappelez quelqu'un vous...

 

- Vous aussi..." répondit le Père-Noël. Et il lui demande de se présenter.

"- Moi, je suis un ancien lutin du Père-Noël, et je m'appelle Sacasapin.

- Ah, je me rappelle de vous, dit-il, vous étiez l'un de mes meilleurs lutins autrefois. Et là, je crois que je vais avoir besoin de vous..."

 

"Pourquoi?" demanda Sacasapin.

"Parce que j'ai perdu tous les cadeaux, et j'ai aussi perdu tous mes rennes. Du coup je ne sais pas quoi faire, mais ce qui est sûr c'est que je dois faire ma tournée...." répond le Père Noël.

"Ne t'inquière pas, suis moi et tu verras " répond le petit bonhomme.

Au même moment il claque des doigts et le lac gelé s'ouvre !

 

Un magnifique traineau sort du lac.

 

"Monte dans le traineau, nous allons chercher les cadeaux et les rennes, dit Sacasapin."

 

Le Père Noël accepte et ils se mettent en route. Quelques minutes plus tard, le traineau s'arrête et ils découvrent Flocon perché en haut d'un arbre...


"Au secours !" dit Flocon. "Je suis un renne malheureux en haut d'un arbre, coincé pour toujours. Mes os vont se ...
"Arrête ton cinéma Flocon, qu'est-ce que tu fais là ?" dit le Père-Noël.
"Tu veux vraiment que je te le répète ? dit Flocon. "Bon d'accord ! Je suis un renne malheu..."
"Tais-toi" crie le Père-Noël. "Je n'ai pas envie d'entendre ton charabia une nouvelle fois. Je vais te décoincer de là et tu vas tirer le traineau. Et je suis sûr que tu sais où sont passés les cadeaux."
"Oui" répond Flocon.

J Jade

« Tu veux que je t'explique qui a pris les cadeaux quand ils sont tombés du traîneau ?» demande Flocon.

« Oui » répond le Père Noël.

« En fait, j'ai vu quelqu'un qui fixait les cadeaux du regard. Ensuite, il les a pris et m'a mis dans l'arbre » dit le renne.

« Merci, alors en route maintenant, allons chercher les cadeaux ! » s'exclame le Père Noël.

Sur le chemin, ils voient Mimi qui est perché sur le toit d'une maison.

 

Mimi se penche sur la cheminée et...y jette des cadeaux !!

«Mimi ! Que fais-tu là ?! »

Le renne, surpris, sursaute, glisse et tombe dans les bras de Sacasapin.

«- Oh pardon, gentil papa Noël...Je voulais juste distribuer les cadeaux pour une fois, avant ma retraite...

-Grompf, si tu me l'avais demandé, j'aurais accepté, mon vieil ami !»

Ainsi, ils décident de terminer leur tournée ensemble.

Depuis ce jour, chaque année , le Père Noël se fait accompagner dans sa tournée par l'un de ses rennes. Et si vous levez les yeux au ciel, la nuit de Noël, peut-être verrez-vous Mimi danser entre les étoiles !

 

FIN

Repost 0
Published by 10 jours....10 classes...10 contes... - dans 2012
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de 10jours...10classes...10contes...
  • : en 10 jours, 10 classes de France vont créer 10 contes de Noël...
  • Contact

Recherche